Logo Cellule de Lutte contre la malnutrition Drapeau du Sénégal

CLM : Plan stratégique 2012-2017


La CLM, dans la perspective de son plan stratégique 2012-2017, a conduit une enquête nutritionnelle nationale dans le but de déterminer la situation nutritionnelle des 45 départements du Sénégal. Les données recueillies lui ont permis d’identifier les zones prioritaires d’intervention et les types d’interventions à mettre en œuvre pour prendre en charge les problèmes nutritionnels des groupes vulnérables. Au total, des enquêtes ont été menées auprès de 14 879 ménages chez qui, 28 639 enfants de 0-59 mois ont fait l’objet de prise de mesures anthropométriques

L’enquête a été effectuée sur la base de la méthodologie SMART Standardized Monitoring and Assessment of Relief and Transition qui se caractérise par sa fiabilité et sa rapidité.

Les résultats obtenus se présentent ainsi :

La prévalence de malnutrition aigüe globale au niveau national est de 8,8%. Au niveau départemental, Ranérou, Podor et Kanel enregistrent les prévalences les plus importantes qui sont supérieures au seuil critique de 15%. Les départements de Tamba, Goudiry, Bakel, Kidira, Koumpentoum, Kanel, Ranérou, Matam et Koungueul présentent des prévalences de Malnutrition Aiguë Sévère de plus de 2%. Au total, 16 départements ont dépassé le seuil des 10% de MAG. Seuls trois départements ont des prévalences en deçà du seuil de 5%.

La malnutrition chronique touche 15,5% des enfants de 0-59 mois. Dans tous les départements, la prévalence de la malnutrition chronique globale est en dessous du seuil d’alerte de 40% fixé par l’OMS. Seuls les départements de Saraya et de Medina Yoro Foulah sont dans une situation nutritionnelle élevée car les prévalences de MCG observées sont > 20%.

La prévalence de l’insuffisance pondérale au niveau national est de 14,50%. Toutefois, au niveau départemental les prévalences de l’insuffisance pondérale globale sont en dessous du seuil d’alerte de 30%.

La prévalence de la diarrhée au niveau national est de 26,3% chez les enfants de 0-59 mois. Cette prévalence est plus élevée dans le département de Salémata où 40 % des enfants sont affectés. Au total 16 départements enregistrent des prévalences de plus de 30%.

Les IRA touchent plus de 40% des enfants au niveau national. Au niveau départemental, la prévalence des IRA se situe entre 58 et 28%.

La proportion de ménages consommant du sel iodé est de 57,7%. Au niveau départemental, la consommation varie entre 96% et 14%. La proportion de ménages consommant du sel iodé est plus faible dans les départements de Kaffrine, Guinguinéo, Malem Hodar et Goudomp.

En conclusion, on peut retenir que la prévalence de la malnutrition aigüe globale des enfants de 6-59 mois est précaire à l’échelle du pays. Au total seize (16) départements sont dans une situation assez préoccupante. D’où la nécessité de renforcer la surveillance nutritionnelle dans ces zones où les niveaux de morbidité liée à la diarrhée et aux IRA qui sont des facteurs aggravants de la malnutrition sont notées.

NB : les textes en couleur bleu constituent des liens vers d’autres informations sous forme de texte ou d’images.

Nos zones d’intervention

nos zones dintervention